AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 James Potter | Fiche basique exemple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James D. Potter
V.I.P Le monde entre mes mains
avatarCreateur de l'avatar : Dydy
Messages : 16
Date d'inscription : 04/08/2010
MessageSujet: James Potter | Fiche basique exemple    Mer 11 Aoû - 18:45

« ELLE EST OU LA POULETTE? »


(c) smoothie



    Bonjouuuuuuuuuur ! C'est quoi ton pti nom ? POTTER, what else ?
    Et ton prénom ? Est-ce que tu en as plusieurs ? Mes parents m’ont nommé James (comme le présentateur de La vie de Famille sur la RITM) Dimitri (comme le prénom de mon cher auror de père). Mes amis m'appellent Cornedrue ou Corny mais aussi Jim ou Jimmy... Le James Dimitri Potter ce n'est réservé qu'à ma tendre mère et à ma tendre femme (qui ne l'est pas encore)...
    Et ton âge ? Tu as quel âge dit moi tout ! Sachant que j’ai vu le jour en 1960 et que l’on est en 1978, j’ai exactement 18. Je suis Majeur ! Trop la classe !
    Oh et ta date de naissance, il faut bien fêter ton anniv' =D Il parait que je suis né le 27 mars. D’ailleurs, Lily n’arrête pas de me le rappeler que je suis plus jeune qu’elle (ouais de deux mois ==’)
    Sans vouloir passer pour un voyeur, j'aimerai savoir aussi où tu habites pour te rendre visite ^^ Dans le Manoir familial des Potter à Godric’s Hollow. Vivement que je l’ai pour moi tout seul…
    Et t'es quoi ? Un moldu, un membre de lustro as are avi atum ? Oh à moins que tu sois un sorcier ? Ou une de ces créatures magiques ? Un sorcier de sang-pur, évidemment. Vous croyez quoi vous ? Descendant des Peverell, je ne peux être que de sang-pur.
    Tu as des pouvoirs ? Ou bien des dons ? Si je le dis, je risque Azkaban mais bon c’est bien parce que c’est vous. J’ai le pouvoir de me transformer en cerf, mais c’est un seux craie.
    Et tu fais quoi dans la vie ? J’entame des études d’Auror, parce qu’il parait que c’est ma vocation et puis surtout parce que je veux montrer à mon père qu’il n’est pas le meilleur.
    C'est quoi ta nationalité ? Moi je suis Dissendiumien ! Y'avait plus de place pour Grec Ancien. Il restait Burgonde ou Anglais mais c'est encore moins connu an-glais (Interprète Burgonde, Kaamelott Livre I)
    Ho et tu es incarné par qui ? Andrew Cooper, je crois. Demandez à ma joueuse, elle sait mieux que moi…


« Les yeux sont le miroir de l'âme »


Je suis beau, c'est tout ce qu'il y a à retenir. Et là, j'entends Evans hurler à la mort en disant « ARROGANT ». Aussi oui. Enfin, non je ne suis pas arrogant, ni vantard ni rien du tout, je suis le plus beau et le meilleur, ce n'est quand même pas de ma faute? Si?! J'ai les yeux noisettes, que même ils sont tellement adorables que tous les écureuils du monde ont envie de me les manger mais dommage, ils sont cachés par des petites lunettes rectangulaires. Ma couleur de cheveux je la tiens de mon père, noir de jais et en bataille. Ma mère s'est toujours battu pour me coiffer. Je devrais peut-être lui dire que j'ai trouvé le sortilèges pour les cheveux en vrac? Non... vaut mieux pas en fait, surtout si je n'ai pas envie de finir mes jours au fin fond du grenier à tout laver. Oui, ma mère m'oblige à laver tous les recoins de la maison, façon moldue pour me punir. J'adore ma mère. Il parait que je suis généreux. J'avoue, c'est vrai. J'aime offrir des cadeaux à tout le monde - même à mes ennemis - mais étrangement cette dernière catégorie de personne n'aime pas mes cadeaux. Dommage... Je suis courageux aussi, comme le Lion qui sommeille en moi. Je ne suis pas un Gryffondor pour des quetsches. J'aime aller à l'aventure et faire face au danger. Je n'ai pas froid aux yeux et j'ai peur de rien - sauf des enfants mais ça c'est une autre histoire. Un peu m'as-tu-vu, j'aime montrer ce que je sais faire. Il faut bien que tout le monde le sache que je suis le meilleur non? « Ce qui est bien avec lui, c'est que la modestie ne l'étouffe pas » je crois que c'est ce que Evans m'a dit la première fois que je l'ai rencontré dans le Poudlard Express. Toujours le mot pour rire cette Evans... Et puis, il ne faut pas oublier que je ferais tout pour mes amis sans la moindre hésitation. « Ça c'est vrai» dirait Evans si elle m'entendait. Les amis c'est sacré. J'y tiens alors j'en prends soin. Ma confiance est facile à avoir mais elle est tout aussi facile à perdre. Je suis très rancunier. On me fait une crasse, gare aux représailles. Demandez à Servilus, il pourra parfaitement vous confirmer. Il lui a fallu une minute et trente secondes pour se mettre à dos les quatre Maraudeurs. Et tout ça à cause de quoi? De qui, je dirais... de Lily Evans... je me suis toujours demandé comment elle pouvait être amie avec ce mec aux cheveux gras...

Certains disent de moi que je suis machiavélique.. moi je dirais juste que j'ai de l'imagination. J'aime faire des blagues et j'ai beaucoup d'idées pour ça. Bon j'admets, certaines de mes blagues sont bien plus machiavéliques et méchantes que d'autres, mais là ça dépend de la cible. Toute façon, je gagne toujours. Je déteste les règlements et je fais toujours tout pour me défiler et le contourner. J'aime qu'on me remarque et qu'on dise de moi que je suis le mec le plus cool du monde. Je ne m'écrase que devant deux personnes. Ma mère et Lily. Ma mère parce que... c'est ma mère quoi et son regard noir m'empêche de répliquer et devant Lily... ben c'est Lily, ma Lily. Ma belle Lily. Et que même quand elle me lance son regard noir, je fonds. Je suis envouté par elle. Je l'aiiiiiime. Faudrait que je lui dise un jour, même si elle le sait - ben oui, maintenant qu'on sort ensemble, elle doit bien savoir que je l'aime. Mais je dis rarement mes vrais sentiments, parce que c'est privé et je ne veux pas que tout le monde puisse me percer à jour. Le premier qui arrivera à me faire parler de moi et de ce que je pense n'est pas encore né, même si Lily est sur la bonne voix.

Je crois que j'ai tout dit en ce qui me concerne. Je vous fait un bref récapitulatif, dès fois que vous auriez sauté des lignes. Je suis :
    # Vantard
    # Arrogant
    # Prétentieux
    # Intelligent
    # Farceur
    # Bordélique
    # M'as-tu-vu
    # Généreux
    # Amoureux
    # Courageux
    # Loyal
    # Inventif
    # Imaginatif
    # Poursuiveur de Quidditch
    # Tout sauf modeste

« Hakuna matata »


Pseudo ; Lily, Chocapic ou Smoothie
Ton smiley préféré ; [James >> on dirait Lily quand je lui dis oui.... *out*] sinon ça me ressemble bien :D
Ton âge ; 27 ans
Ton sexe ; Chuis une filleuuuuuuh
Où tu es (pour qu'on puisse te cambrioler héhéhé) ; Nancy Powaaa =D
Ce que tu penses de Dissendium ; *-*
Une suggestion à faire ? James, Roi du Monde "I'm superstar..."

_________________
UC


Dernière édition par James D. Potter le Ven 20 Aoû - 16:29, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James D. Potter
V.I.P Le monde entre mes mains
avatarCreateur de l'avatar : Dydy
Messages : 16
Date d'inscription : 04/08/2010
MessageSujet: Re: James Potter | Fiche basique exemple    Mer 11 Aoû - 18:45

« C'est l'histoire de la viiiie ♫ »


Il parait que je suis né un 27 mars. De l'année 1960 très exactement. Comme tous les sorciers d'Angleterre, je suis né à Sainte-Mangouste. L'hôpital sorcier situé en plein cœur de Londres. Ma mère - la meilleure maman du monde, je précise - a accouché dans la salle numéro deux prévue à cet effet. Vous avez vu un peu la précision des détails? C'est pour que vous vous imprégnez mieux de ma vie. Mon père - le meilleur auror du monde - est arrivé en retard. Comme d'habitude. En même temps, il était en pleine arrestation quand le patronnus en forme de cigale de ma mère lui est apparu devant le nez. J'imagine bien la tête de mon père devant les prisonniers... passons et revenons à nos moutons, c'est-à-dire, moi. J'étais un bébé tout à fait fabuleux et fantastique et tellement mignon que ma mère me laissait presque tout passer. Oui, je dis presque parce que ma mère est la spécialiste du grognage et du punissage. Mais que voulez-vous, je déteste rester dans ma chambre à ne rien faire. Par contre j'adorais aller chez mes grands-parents, ils me laissaient tout faire. Et quand je dis tout... c'est tout. J'ai même réussi à coller le dentier de mon grand-père au plafond sans qu'il ne dise rien. Par contre quand je suis rentré chez moi, j'ai douillé. Mon postérieur s'en souvient encore. Mais passons sur mes déboires avec ma chère mère et revenons à ma première année de vie. De zéro à un an. La belle vie. J'étais plus qu'attendu dans ma famille. Mes parents désespéraient d'avoir un enfant après beaucoup d'essais et voilà que moi, James Dimitri Potter, fait son apparition à un moment où ils s'y attendaient le moins. Quelle belle surprise, vous ne trouvez pas? Résultat, j'ai été choyé. Plus que choyé même. Ma mère m'a couvé jusqu'à mes un an. Elle ne pouvait pas se séparer de moi plus d'une demi-heure. Je crois qu'elle en a rendu folle mon père. C'est limite si je ne dormais pas dans leur lit la nuit. J'ai dit mon premier mot, papa - et là ma mère a failli m'étrangler en hurlant «pourquoi tu ne dis pas ma-man ? », en même temps c'est logique si elle m'étrangle je ne vais pas dire maman - à six mois. Oui je sais, je suis précoce comme garçon. Comment ça non? Bref, ma première année de vie a été génialissime. Je pense que c'est là où j'ai appris à faire des bêtises, ben oui c'est la seule année où ma mère ne disait rien. Je crois que j'ai même réussi à faire brûler une de ses mèches de cheveux un soir où je pleurais à cause des dents qui poussaient. Vous n'imaginez même pas à quel point ça fait mal les dents, même chez les sorciers. Ma seconde année de vie, j'ai commencé à visiter le manoir familial. C'est qu'il est grand en plus. J'ai du me perdre une bonne centaine de fois. Heureusement Arkos - c'est l'elfe de maison qui en fait moins que moi, la haine - était là pour me retrouver. Merci Arkos. Que je vous explique. Mes parents sont des sang-pur, descendant en droite ligne des Peverell. Ma mère a dans sa branche éloignée – et je tiens à préciser que je renie toute ascendance avec cette branche – des Black. Oui des Black. L’arrière grand-mère de Sirius est ma tante au second ou troisième degré, un truc dans le genre. En fait, je n’ai jamais vraiment cherché à comprendre. Bref, on est des sang-pur. Sauf que… nous ne sommes pas des sang-pur comme il faut parce que nous, on est du côté des gentils. Et oui… Voldemort et ses mangemorts ce n’était pas pour nous. Mais cela ne nous a jamais empêché d’avoir un elfe de maison. Ma mère disait qu’au moins, lui, aurait la belle vie. Et pour l’avoir eu, il l’a eu. Arkos voulait toujours tout faire mais ma mère l’y empêchait à chaque fois. Elle a toujours prétendu qu’Arkos était son second enfant. Je ne sais pas comment je dois le prendre là. Mais je dis ça mais je l’adore Arkos. On est toujours entrain de faire des blagues à mes parents. Il est génial Arkos. On a toujours vécu ensemble et je crois que c’est celui qui me connait le mieux de toute la famille. Je ne dirais jamais que c’est mon confident mais pas loin. Je crois même que c’est le premier à avoir su pour Evans… Avec lui, j’ai donc visité tout le Manoir à quatre pattes – oui à l’époque je ne savais pas encore marcher – et j’ai même appris à chiper tout ce que je trouvais sur mon chemin. C’est d’ailleurs grâce à lui que j’ai réussi à voler la baguette magique de mon père. Il l’a cherché tout un week-end avant de se rendre compte que mon sourire un peu trop sérieux sur mon visage d’un an et demi était trop faux pour pouvoir prétendre que j’étais étranger à cette disparition. J’ai rendu sa baguette à mon père non sans avoir hurler à plein poumons. J’ai même réussi à verser de vraies larmes mais c’est là que j’ai compris que plus jamais ma mère ne serait plus l’allié que j’avais toujours eu jusqu’à présent. Le cordon était définitivement coupé et bien je peux vous dire que ça fait mal. Très mal. Mon pauvre petit cœur en a souffert. Une heure je dirais. Je suis reparti à l’aventure après, avec Arkos. A un an et sept mois je marchais comme un brave – enfin je n’étais pas très stable sur mes deux pattes mais je marchais – et là j’ai vu le monde différemment. De plus haut. Et vous savez quoi ? C’est le même. Quelle tristesse…

Ma troisième année de vie fut comme la seconde. Visite du monde et farce en tout genre. Enfin, dans la limite de mes capacités quand même. Je n’ai que deux ans et demi. Mais je suis déjà un petit génie. D’ailleurs c’est à cette époque que j’ai appris à me servir de la balançoire de mes voisins. C’était des moldus et ils avaient une fille de mon âge. Je crois que j’étais amoureux d’elle. Elle m’a appris à faire de la balançoire. On n’a pas ça chez les sorciers. Ma mère n’a jamais voulu que je lui montre et que je lui prête mon balai volant pour enfant. Il parait que les moldus n’étaient habilités pour ça. On a donc fait de la balançoire. Tous les deux. Elle s’appelait Kayla. A bien y repenser je n’aime pas tellement ce prénom. Mais ce n’est pas vraiment l’idée aujourd’hui… le jour de mes trois ans, mon oncle – le frère de ma mère – a trouvé de bon ton que de m’offrir un tricycle. Je crois que ma mère a failli faire une syncope quand elle m’a vu descendre à toute vitesse la pente du village qui menait à la maison, enfin surtout quand mon vélo a ripé sur une pierre et que j’ai fais un magnifique vol plané dans l’herbe. « même pas mal» que j’ai lancé quand je me suis relevé. Merci la magie. C’est ce que mon père a lancé quand il m’a vu me relever. Oui et heureusement, si j’avais été un moldu je serais sûrement mort. J’ai appris à nager l’année de mes quatre ans, grâce à la sœur de ma mère et à ma mère. Elles m’avaient emmené à la piscine sorcière de Godric’s Hollow. J’ai failli me noyer au moins bien quatre ou cinq fois avant d’arriver à faire la brasse correctement – enfin ça c’était au bout de dixième jour de piscine, avant je n’avais pas quitté les bras de ma mère tellement j’étais paniqué de me retrouver à flotter dans l’eau. Mais je ne suis pas mécontent d’avoir réussi à nager. A six ans – là je hais ma mère – j’ai du prendre des cours particuliers moldus. Ma mère est une grande fan des moldus et elle voulait absolument tout connaitre de leur culture. Evidemment, je devais en faire de même. Elle m’a fait lire pleins de livres moldus, j’ai appris les mathématiques moldus et leur science. Tout ça pendant cinq ans. Avant d’aller à Poudlard. Heureusement que j’avais mon balais volant et mes copains sorciers pour faire du Quidditch dans le parc, sinon je me serais bien emmerder durant mes cinq années. Bon, j’ai fais aussi pas mal de blagues à mes parents. Surtout que je réussissais à me servir de la baguette magique de ma mère. J’ai du lui faire un nombre de colorations aux cheveux incalculable. Je me souviens même qu’un jour, elle est allée travailler à Sainte-Mangouste avec des cheveux bleus fluo. Je crois qu’elle m’en veut toujours à l’heure où je vous parle. Tant pis, moi ça m’a bien fait rire. Arkos aussi d’ailleurs. Devrais-je dire que c’est lui qui a fait duré le sortilège plus de 48 heures ? Godric’s Hollow est un village sorcier pour la plupart des personnes qui y habitent. Il y a quand même des moldus mais je dois dire que sur dix enfants, seuls deux devaient être moldus. Avec les autres, on jouait souvent dans le parc derrière le Manoir – c’était le plus grand jardin du village – surveillés de près par ma mère qui disait toujours « Faite attention à ne pas voler trop haut, les moldus peuvent vous voir ». C’est sûr qu’avec un balais volant qui monte pas à plus d’un mètre de haut, on va voler super haut… enfin bref, c’est ma mère, faut pas lui en vouloir. Je crois surtout qu’elle ne voulait pas qu’on se blesse. Elle n’aimait pas nous soigner. Le 27 mars 1971, j’ai reçu ma lettre. LA lettre de Poudlard. J’y été admis. Normal, je ne pouvais qu’être admis. Je suis sorcier et génie, je ne pouvais qu’aller à Poudlard. Poudlard !! Oh beau Poudlard !! Poudlard je t’aime !! J’ai toujours rêvé de cette première année. Toujours rêver d’aller à Gryffondor comme mes parents. En fait, je crois qu’au fond de moi je ne voulais pas les décevoir en allant dans une autre maison que Gryffondor, même si me retrouver à Serdaigle ou Poufsouffle ne m’aurait pas dérangé. Mais je crois que c’aurait déçu ma mère si je n’étais pas allé à Poudlard, même si elle prétendait le contraire. La seule maison où je ne voulais pas aller c’était Serpentard. Adepte de la Magie Noire et bien trop extrémiste pour moi. Bref, je ne rêvais que d’une chose, aller à Poudlard et montrer ce que je savais faire. Et c’est ce que j’ai fais.

Dans le Poudlard Express, j’ai rencontré Sirius Black. Quand j’ai dis à ma mère que j’étais dans le même dortoir que lui, elle est venue voir Dumbledore pour savoir pourquoi j’étais à Serpentard et pas à Gryffondor. Il parait que Dumbledore a beaucoup rit en déclarant que c’était Sirius qui était à Gryffondor et non pas moi à Serpentard. Un Black à Gryffondor, ça a fait beaucoup de remue-ménage. Normalement, tous les Black sont passés par Serpentard. Tous sauf un. Le rebelle de la famille. Sirius est devenu mon meilleur ami. Ca peut paraitre étrange qu’un Black et qu’un Potter soient amis, mais on est pareil lui et moi. Aussi à cheval sur le bordélisme qui nous caractérise. Les farces c’est notre passion. Je crois qu’on a jamais fait autant de blagues en un an que tout Poudlard réuni. Après tout, rire c’est la santé et puis, il fallait mettre un peu d’ambiance dans les cours de McGonagall. On a passé des heures en retenue avec elle. Personnellement, j’adorais les retenues en sa compagnie. Je crois que McGonagall c’était ma prof préférée. Ma première année aussi, j’ai vite compris que Servillus – je ne connais pas son vrai prénom en fait – Rogue ne serait pas mon ami. Evans non plus d’ailleurs. Les deux là étaient meilleurs amis. Je ne l’ai jamais compris. L’un adepte de la Magie Noire – ça se voyait, pas besoin d’être Dumbledore pour le comprendre – et l’autre sorcière de parents moldus. Ils n’étaient pas du tout compatible. Et puis Rogue détestait les nés-moldus. Pourquoi c’aurait été différent pour elle ? Sauf que moi, elle me détestait et je crois que c’est ce qui augmenté la haine que j’avais envers Rogue. Lui, le plus pourri des Serpentard ami avec la plus belle et la plus géniale de toutes les nées-moldus, alors que moi je n’avais même pas le droit au grade de vermicelle pustuleux. Servillus a été ma cible principale. Tant pis, si ça mettait Evans en colère, elle n’avait qu’à pas être amie avec lui. De toute façon, il ne valait rien ce type là. Qu’il retourne à sa magie noire et à son maitre Voldemort et qu’il laisse les honnêtes gens tranquille. Sirius et moi partagions le même dortoir que Peter Pettigrow et Remus Lupin. Le premier rondouillard et pas débrouillard s’est vite collé à nous pour éviter les ennuis et le second, très solitaire, il n’aimait pas tellement se faire remarquer. Avec nous comme copains, il avait un peu mal choisi… sa mère était malade. Il y allait tous les mois la voir à l’hôpital. C’est peut-être pour ça qu’il était si discret. Il n’aimait pas qu’on le plaigne. Le jour de noël, mon père m’a offert cette merveilleuse cape d’invisibilité qui ne me quitte plus. Avec elle, le château était à nous. Sirius et moi avons passé nos nuits dehors pour visiter. On y a découvert tous les passages secrets – très utile en cas d’attaque réglementaire de Rusard et de McGonagall. Bon, parfois ça ne marchait pas surtout le jour où l’on est allé à Pré-au-Lard en douce. Normalement, ce n’est qu’à partir de la troisième année que les élèves peuvent y aller durant les heures autorisés – les samedis après-midi – mais nous… on avait trouvé la combine qui allait bien. Le passage secret de la Sorcière Borgne donnait directement dans la cave de Honeydukes. Trop la classe. On c’est goinfré de chocogrenouilles et comme des braves on est retourné au dortoir, sauf que… « t’es vraiment qu’un crétin » a lancé Sirius quand on s’est retrouvé face à McGonagall juste devant la salle commune. Oui, bon… je l’admets j’aurais pu éviter d’oublier de remettre la cape d’invisibilité sur nous mais Sirius aussi aurait pu y penser. Bref, résultat des courses, on s’est pris une semaine de retenue, on a du remboursé les chocogrenouilles mangées. J’ai reçu une beuglante en plus – ça fait un peu mauvais genre surtout quand tu viens d’essayer de draguer Evans la seconde d’avant – et en plus j’ai du faire le ménage de tout le manoir – façon moldue – quand je suis rentré à la maison durant les vacances d’avril… J’ai passé les examens de fin d’année avec brillo. Normal, je suis un génie. Durant les vacances d’été, Sirius est venu à la maison. Tous les trois avec Arkos, on a fait tourné en bourrique mes parents. Je crois qu’ils étaient contents quand on est reparti pour Poudlard.

La seconde année à Poudlard s’est passée comme la première – blagues, cours, retenues – avec en plus une nouveauté. Le Quidditch. J’ai, évidemment, postulé pour l’équipe de Gryffondor. Et, évidemment, j’ai été pris. En tant que Poursuiveur. J’aurais pu être Attrapeur mais je préférais marquer des buts. Le Vif d’Or, j’aime bien jouer avec, ça épate les filles – sauf Evans, mais ça c’est une autre histoire. Et bien sûr avec moi dans l’équipe, on a gagné le championnat de Quidditch. On a écrasé les Serpentard. Ma petite fierté. Remus, lui, allait toujours voir sa mère. Un jour on lui a demandé ce qu’elle avait comme maladie, il n’a jamais voulu nous répondre. Il n’aimait pas en parler. Sauf que nous on trouvait ça bizarre. Quand il revenait trois jours après, il était toujours épuisé et semblait, lui aussi, malade, voire même blessé. A notre place, vous trouveriez ça aussi bizarre. Alors Sirius, Peter et moi on a décidé d’enquêter. Remus cachait quelque chose, c’était sûr. Et nous avons trouvé, grâce à Peter. C’est lui qui a fait la remarque « Eh les mecs, vous avez vu ? Remus s’en va tout le temps à la Pleine Lune ! » Très juste, Auguste. Dès le retour de Remus au château, en juin, on lui en a parlé. Il est devenu tout pâle – tel un vampire – puis tout bleu – tel un mec ayant reçu le Baiser du Détraqueur – puis tout rouge – telle une tomate bien mûre. Et puis, Sirius a lancé son idée. L’idée du siècle. « On va devenir Animagus pour te tenir compagnie ». Depuis ce jour-là, tous les quatre on est inséparable. « A la vie, à la mort ! ». Les Maraudeurs étaient nés. On a passé les examens avec – toujours – autant de classe. En troisième année, on a commencé nos entrainements pour devenir Animagus. Inutile de préciser que l’on a bien galéré. Pour ma part, j’y arrivais jamais quand je venais de me faire jeter par Evans – c’est toujours vrai aujourd’hui d’ailleurs. On a aussi continué nos visites nocturnes du château et nous avons créé la Carte du Maraudeur que l’on complétait au fil de nos découvertes. Et Merlin sait qu’il en y a à faire des découvertes dans ce château. Entre Evans et moi, c’était la guerre. Plus je m’en prenais à Servillus, plus elle était exécrable avec moi, mais je n’ai jamais désespéré. Je l’aurais un jour ! Je l’aurais. En revanche, je pouvais avoir toutes les autres filles du château et je ne m’en suis pas privé. D’ailleurs, à chaque fois que je me faisais jeter par Evans, je sortais avec une autre fille. Juste pour me venger ou pour noyer mon chagrin avec une fille. Sirius aussi était un tombeur de filles. Je crois qu’à nous deux, on s’est fait toutes les filles de l’école. Dis comme ça, ça ne fait pas tellement classe mais vous savez quoi ? Je m’en fiche. Remus, lui, était plus discret mais il en faisait tomber aussi des filles. Et puis, il y a eu la Grande Révélation. C’est comme ça qu’ils l’appellent au Ministère. Ma mère en était folle de joie. Je crois que je ne l’ai jamais vu autant excité que ça. Le Ministère de la Magie a révélé au monde moldu, l’existence des sorciers. Personnellement, ça n’a pas tellement changé ma vie, à part que je peux faire du Quidditch dans le parc avec les copains sans me méfier des moldus qui passent. Mais ça n’a pas plu à tout le monde. Certains auraient préférés rester dans l’ombre… l’avantage, c’est que Sirius et moi on peut se promener dans un supermarché moldu et demander à tout le monde en désignant n’importe quel objet « C’est quoi ça ? ». Ça nous éclate… Je crois que Remus a secoué la tête la première fois. Ben quoi ? C’est drôle comme jeu… En quatrième année, j’ai failli perdre mon poste de Poursuiveur. A cause de ma mère. Elle en avait marre que je fasse des blagues à longueur de journée à Poudlard, et que je m’en prenne toujours à Servillus et que cela finissait souvent à l’infirmerie. Elle m’a donc donné un ultimatum en début de vacances d’été. « On ne veut pas t’entendre de toutes les vacances et tu fais ce qu’on te dit, sinon pas de Quidditch ». Je crois que ce fut les vacances où j’ai le moins dormi de toute ma carrière de jeune petit con. Arkos et Sirius avaient trouvé de bon ton que de mettre mes nerfs à contribution. Et je dois dire qu’ils ont réussi. A faire des blagues sans cesse à mes parents sans se faire voir et s’arranger pour que ce soit moi qui prenne. Vous n’imaginez même pas comment j’étais sur la défensive, toujours à épier leur moindre faits et gestes pour déjouer leurs farces. Et j’ai réussi. Pas une seule n’est arrivée au bout de sa finalisation. Et j’ai donc pu reprendre le Quidditch en quatrième année, ma mère ayant jugé que j’avais eu un comportement à peu près potable pour un gamin de mon âge – ben ouais on peut pas m’empêcher de faire le mur juste pour aller voir une fille. A part ça, la quatrième année c’est déroulée de la même manière que les autres. Entrainements, Quidditch, Cours, Blagues et Drague. Evans n’est toujours pas tombée sous mon charme. Enfin si, mais elle ne veut pas l’avouer. Je le sais. Personne ne peut résister à mon charme potterien si légendaire.

Tout va changer en cinquième année. Ce fut la meilleure que l’on est vécu – en fait non, pour moi c’est la septième mais ce n’est pas pour les mêmes raisons – à Poudlard. Durant les vacances d’été, Peter, Sirius et moi avons réussi ce qu’aucun sorcier avant nous avait réussi. On est devenu Animagus à quinze ans. Tout le monde vous le dira, c’est un exploit. Sauf qu’en fait, personne ne pourra le dire, puisque à part Remus personne n’est au courant. Pas même Dumbledore, lui qui, habituellement voit tout, entend tout, sait tout. Notre première pleine lune, nous l’avons donc passé en compagnie de Remus. Il lui a fallu un peu de temps pour s’habituer à nous mais à la fin, on était amis même sous nos formes animales. Dès le lendemain, on avait nos surnoms. Patmol pour Sirius, faisant référence au chien noir qu’il était. Queudever pour Peter, pour le rat qu’il était. Lunard pour Remus, pour rappeler qu’il était un Loup-Garou et Cornedrue pour moi et le cerf qui était en moi. Sauf que tout aurait pu bien se passer, si Rogue n’avait pas voulu jouer les curieux. Il voulait tout savoir et sur nos activités. SI bien qu’un soir, excédé, Sirius lui a fait une blague. Je crois que je lui en veux encore mais bon, c’est fait, on ne peut plus revenir en arrière. Sirius a lancé à Servillus qu’il devrait se rendre dans le passage du Saule Cogneur pour savoir ce que l’on cachait. Evidemment, Servillus l’a fait et si je n’avais pas eu vent de ça, il serait sûrement mort. Je suis allé le récupéré, au péril de ma vie – j’adore le lui rappeler qu’il a une dette envers moi – et je l’ai sorti de là. Mais le mal était fait. Rogue savait pour Remus. Pas pour les Animagus, c’était déjà ça. On s’est prit un savon de la part de Dumbledore et de McGonagall aussi. A noël, j’ai invité Evans au bal et évidemment elle a refusé « Jamais je n’irais au bal avec un verracrasse à lunettes ». J’adore Evans et ses insultes. Et puis, au mois de juin alors qu’on sortait des BUSE « Brevet Universel de Sorcellerie Elémentaire », il s’est produit quelque chose qui a marqué beaucoup de personnes. Je m’en prenais encore à Servillus. La tête en bas jolie vision sur son caleçon gris. Bon, j’admets ce n’était pas très intelligent mais on voulait s’amuser. Evans est venu lui porter main forte, comme toujours sauf que là Rogue l’a renvoyé sur les roses en l’insultant de la chose la plus infâme que l’on puisse dire à une sorcière de son rang. Et dire que Rogue était censé être son meilleur ami. Là, on a tout de suite vu que ce qu’il préférait c’était la magie noire et la valeur des sang-purs. Comme si les Sang-purs étaient meilleurs que les autres. Evans était la plus douée de nous tous et franchement, j’ai vu rouge en l’entendant. J’ai envoyé un sort à Rogue et Lily a répliqué que je ne valais pas mieux que lui. J’ai vu encore plus rouge. Jamais je ne l’aurais insulté de vous-savez-quoi et me comparer à Servillus ! Je me souviens d’avoir hurlé « EVANS ! » quand elle est partie, pour lui dire tout ce que je pensais d’elle – à ce moment là, je la détestais – mais elle ne s’est pas retournée – je crois qu’il valait mieux pour elle – et là je m’en suis pris à Servillus. Je crois qu’il a eu du mal à s’en remettre. Tant pis, fallait que je calme mes nerfs, c’est tombé sur lui. Bon la Beuglante du lendemain de la part de ma mère, m’a un peu remis en place mais bon tant pis… J’ai saoulé les Maraudeurs tout l’été pour savoir si oui, je ressemblais à cet idiot de Servillus. Peter m’a soutenu que non – en même temps, je lui demanderais de sauter de la tour d’astronomie, il le ferait – Remus lui m’a assuré que quand je ne jouais pas au con, je ne lui ressemblais pas – merci Remus, j’adore ta franchise… - et Sirius, lui en vrai pote m’a lancé – bien sûr que tu lui ressembles, tu veux toi aussi avoir l’amour d’Evans. Là j’ai failli m’évanouir. Rien que d’imaginer Evans et Rogue ensembles… Merlin sauvez-moi de ce cauchemar. La sixième année, je n’en voulais plus à Evans, alors que j’avais soutenu mordicus à Remus que je ne lui parlerais plus. En fait, dès qu’elle m’a observé avec son légendaire regard noir sur moi, j’ai tout oublié pourquoi je lui en voulais… j’y peux rien si je l’aiiiiime. J’ai fini la nuit avec une Gryffondor du nom d’Alessandra Booth. A défaut d’avoir ma Lily-Jolie… On avait presque fini la carte du Maraudeur. On a commencé à visiter la Forêt Interdite les soirs de Pleine Lune. Lunard était très docile donc on ne risquait rien et puis Patmol et moi on était assez costauds pour l’arrêter si cela tournait mal. Rogue et Evans ne se parlaient plus. Ma plus grande victoire. Evans avait enfin compris que Rogue n’était pas un type fréquentable mais au fond de moi j’étais quand même désolé pour elle qu’elle est perdue son meilleur ami mais ça, cela restera un secret très bien gardé. Les vacances d’été, Sirius a quitté ses parents. Il s’est fait renié par sa mère. En même temps, je crois qu’il était bien plus heureux sans eux. Il est venu vivre chez moi. Trop la classe non ? On en a fait des conneries durant ces vacances là. Et puis, Remus – toujours trop sage celui-là – m’a dit que si je voulais Lily, il fallait que j’arrête d’être si « M’as-tu-vu ». Comme si c’était mon genre que j’ai répliqué. Au vu du regard noir qu’il m’a balancé j’ai lancé « D’accord, je vais faire un effort ». J’aime pas quand Remus me mets face à mes incohérences... Je suis donc entré en septième année avec la ferme intention de montrer à Evans que je n’étais pas si crétin que ça. Enfin.. ce ne fut pas chose facile, car comme dirait un proverbe moldu « la nature revient vite au galop ». Dans mon cas, c’était très vrai surtout quand y’avait Evans dans le coin… Notre Carte du Maraudeur fut terminée au moment des vacances de noël. Après notre capacité à être devenu des Animagus, la Carte du Maraudeur fut notre plus grande fierté. Elle indiquait tout ce qu’il y avait dans Poudlard. Les salles de classe, les passages secret – avec le sort pour les ouvrir – les salles communes, les appartements de professeurs, les couloirs, les escaliers, les statues et tous les recoins que l’on pouvait trouver à Poudlard. Et puis surtout, le plus important, la présence ou non de toutes les personnes qui passaient dans le château. Et c’est ainsi que l’on pouvait échapper à Argus Rusard – aux autres professeurs aussi. Notre plus grande gloire. Les Maraudeurs number one. On était, on est et on restera les meilleurs dans ce domaine. Evans, elle, ne me voyait toujours comme un strangulot avarié – très délicate dans ses insultes – pourtant, j’essayais de faire des efforts… finalement, elle me déteste peut-être vraiment… C’est au début du mois de mars que tout a changé. Déjà les profs nous saoulaient avec les ASPIC « Accumulation de Sorcellerie Particulièrement Intensive et Contraignante » qu’il fallait absolument préparer. Et puis… et puis… waouh, quand j’y pense je n’arrive toujours pas à y croire… bref, je vous raconte. C’était un peu avant mon anniversaire. J’allais avoir 18 ans. La majorité chez les moldus. Enfin… je ne vous raconte pas la première fois que je suis allé voir un film interdit aux mineurs – un film d’horreur très violent parait-il – au cinéma. Quand j’ai dit que j’avais 17 ans, je me suis fait refoulé… et j’avais beau dire que j’étais majeur chez les sorciers, ils n’ont rien voulu savoir. Du coup, je me suis rabattu sur Bambi… la haine. Le pire, c’est qu’il m’a fait pleurer ce con de dessin animé… Bref, on était donc proche du 27 mars et comme à ma grande habitude, en sortant d’un match de Quidditch – là j’ai fais gaffe à ne pas me recoiffer, ni à rien faire – je suis allé voir Lily-Jolie. « Tu veux sortir avec moi Lily-Jolie ? » ai-je demandé avec toute la classe que je pouvais avoir. « Oui » qu’elle m’a répondu. J’en ai fait tomber mon balai. Ça à fait un « ploc » bruyant dans la salle commune. J’avais – limite – la mâchoire au sol. « Tu peux répéter ? » ai-je repris, sûr qu’elle me racontait des cracks, juste pour me faire espérer. « Oui ». « T’es sérieuse ? ». On n’est jamais trop prudent. Je me souviens encore d’avoir eu le cœur qui battait à trois cents soixante – le score que Gryffondor à fait au match contre Serdaigle – et que je n’arrivais pas à réfléchir. Elle avait dit oui. Un simple oui – comme elle aurait dit non, en temps normal – mais qui résonnait fort agréablement à mes oreilles. Vous n’imaginez même pas la tête des Serpentard quand on est entré dans la Grande Salle en se tenant la main – c’est Lily qui m’a pris la main, j’avais trop peur qu’elle se soit fichu de moi, avec les filles faut toujours se méfier. Et depuis ? Ben c’est le grand bonheur… je ne vis que pour elle et que par elle. C’est le lendemain de la dernière épreuve des ASPIC que l’on s’est fait piquer notre Carte du Maraudeur. Saleté du Rusard. Il a réussi à nous avoir. L’avantage, c’est qu’il ne pourra jamais se servir de notre Carte. De un, c’est un Cracmol et de deux, il est trop à cheval sur le règlement pour trouver comment elle fonctionne. On a eu nos ASPIC – elle avec plus de brillo que moi – et puis on a quitté Poudlard. Notre beau Poudlard. McGonagall me manque. Je suis entré à l’université mixte de Londres pour devenir Auror. C’est marrant d’étudier avec les Moldus. Il nous aide en mathématiques, on les aide en sortilèges… Mon diplôme d’Auror je vais l’avoir en fin d’année. Après je pourrais partir de chez mes parents et vivre avec Lily, ça serait bien ça… bon, je passe plus de temps chez Lily ou Sirius qu’au Manoir mais bon, pour ma mère j’habite encore chez elle, elle a donc encore tous les droits sur moi… un jour, ça changera…

_________________
UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Evans
The Big Boss :D

avatarCreateur de l'avatar : Xina
Messages : 99
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 25

Carte d'identité
Pensine :
MessageSujet: Re: James Potter | Fiche basique exemple    Ven 20 Aoû - 17:08

Haaaaaaaaaaaan, j'adore ta fiche mon Jimmy Choo

Validée et un bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: James Potter | Fiche basique exemple    

Revenir en haut Aller en bas
 

James Potter | Fiche basique exemple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dissendium :: Le ministère :: 
Registre d'interpol
 :: 
Présentations
 :: 
« Fiches Validés »
-